Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 18:46

Repost 0
Published by blogdegustave-3rpc.over-blog.com
commenter cet article
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 08:00

Ancien d'Indochine, Jean-Yves Maudet ,également du Bataillon de Corée .

A fini Adj/Chef, croix de guerre TOE avec 3 citations , palme et 2  clous.

Officier de la Légion d'Honneur

Médaille Militaire

Sportif accompli, marathonien sans égal (marathon des sables, marathon de New York et bien d'autres, âgé de 85 ans, il est de toutes les manifestations Parachutistes des Deux-Sèvres

Repost 0
Published by blogdegustave-3rpc.over-blog.com
commenter cet article
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 09:57
Adjudant-chef henri Georges SIMON


Né à Besançon en 1931, il est issu par sa mère d'une très vieille famille Franc-Comtoise que I'on trouve à Besançon dès le XVle siècle.
Ses parents, commerçants, auront 4 enfants (3 fils et une fille).
Ils s'installent à Gray où Henri effectue ses études primaires et secondaires à l'Ecole Saint Pierre Fourrier et au Lycée Augustin Carnot, où il obtiendra la première partie du baccalauréat.
Il a un goût très vif pour les romans d'aventure.
Enfant d'une famille catholique, il est, de 8 à 15 ans, enfant de choeur assidu de sa paroisse.
Récemment, il évoquait cette période avec humour :
<< Je ne prie plus beaucoup, mais j'ai tellement servi de messes dans mon enfance, que j'estime avoir mon compte de prières pour le restant de ma vie >>
En I940, il a 9 ans : il assiste à la débacle et connait l'occupation Allemande.
Le scoutisme lui fait découvrir la fraternité des camps d'été, la solidarité d'un groupe de jeunes garçons, la découverte des joies du chant, la fierté de l'uniforme, l'épanouissement du corps et de l'esprit par l'effort.
Sa soeur de 10 ans sa cadette, disait qu'il avait été un fils attentionné, un grand frère merveilleux.
e
Et plus tard un oncle affectueux et attentif, aimé et admiré de ses deux neveux Stéphane et Eric, toujours prêt à aider ses parents, ses amis et ses voisins.

Après la petite aventure du scoutisme ce sera bientôt la grande.

En 1950, l'Armée Française, engagée dans la guerre d'lndochine depuis 1945, subit de graves revers sur la RC 4 en octobre 1950.

Henri a 19 ans, il est bachelier, il s'engage à la 1/2 Brigade Coloniale de Commandos parachutistes au Camp de Meucon.(DBCCP)
Bientôt, il débarque à HAIPHONG où il est affecté à la 202e Compagnie supplétive Militaire du Nord Viet Nam, puis au 52e bataillon Vietnamien.

Cest une vie de Poste isolé:, souvent attaqué, d'embuscades de nuit, de coups de main en zone rebelle. Vie tendue et souvent angoissante, au milieu d'hommes dont la loyauté est incertaine, mais cela lui convient parfaitement. 
Au cours d'une embuscade à MAO KE, il est blessé à deux reprises.
II sera blessé à nouveau à SONTAY.
Pendant un séjour de 1951 à 1955, sa belle conduite au feu lui vaudra 3 citations dont une à l'ordre de l'armée. 
Puis, c'est le retour en France.
Début 1956 il est affecté en Algérie, comme caporal puis caporal-chef au 3e R.P.C, commandé par le Lieutenant Colonel BIGEARD, le plus prestigieux Soldat de l'Armée Française. << Croire et oser >> est sa devise.
Il trouve une troupe encore traumatisée par le drame de DlEN BlEN PHU.
BlGEARD installe ses hommes dans un camp qu'il aménage à SlDl FERRUCH.
Là, au milieu de la pinède et au bord de la mer, à proximité de la ville d'Alger,endroit magique aux parachutistes dans les bois de pins en bord de mer
, il entreprend la création d'un instrument de combat souple, félin et manœuvrier.
Ce sera le Régiment Bigeard, qui renoue très vite avec le succès dans les opérations menées et en fera bientôt un combattant d'élite.
 Selon la terminologie officielle de l'époque, ce sera un des plus beaux Régiments parachutistes de la 10e DP.
Je ne dis pas le plus beau pour ne vexer personne.
Cest dans la Compagnie du Capitaine CHABANNE dont l'adjoint est le Lieutenant SCHMlDT (futur CEMA), que le Caporal, puis caporal-chef et Sergent Simon se révèle être un combattant et un meneur d'hommes hors du commun.
Il est trois fois cité dont une fois à l'ordre de l'armée le 27 juillet 1958 dont j'extrais ces quelques lignes :

<< Dans la région de Djeurf a donné une preuve exeptionnelle de sa valeur en s'emparant d'une mitrailleuse après avoir abattu tous les servants dans un corps à corps à la grenade et au poignard >>,
Mai 1958 : départ du Colonel BIGEARD, remplacé par le Colonel TRINQUIER.
Ce chef de corps décide la création d'une unité de 175 F.S.N.A (compagnie de musulmans) (toujours suivant la terminologie) encadrée par 30 officiers et sous Officiers F.S.E .
Henri, qui a déjà eu une expérience de 3 ans chez les supplétifs vietnamiens, va s'épanouir dans cette formation, ou sa réussite lui permettra d'obtenir 5 prolongations de séjour de 6 mois.
En qualité de Chef de groupe, puis d'Adjoint de Chef de Section, il participera à tous les combats de la harka de 1958 à 1962.
Il servira successivement sous les ordres du lieutenant MAZZA, du lieutenant CHENEVIERES, qui sera tué à ses cotés le 8 octobre 1960, puis sous les ordres du Capitaine De CUGNAC, avec qui il participera à l'intervention aéroportée sur BIZERTE en juillet 1961.
Il obtient 4 nouvelles citations dont 2 à l'ordre de l'Armée et, en 1960, la Médaille Militaire.
Les évènements vont évoluer vers la solution de l'Algérie algérienne.
Le 3°RPIMa rentre en France.
La Harka est dissoute, une partie des hommes suit le régiment.
Une majorité, reste en Algérie, confiante dans les assurances données par les accords d'Evian du 19 mars 1962. Hélas, la plupart de ces paras musulmans seront mis à mort dans d'atroces conditions, ainsi que plusieurs dizaines de milliers de leurs camarades qui avaient servi la France et cru en sa parole.
Dans le même temps (annee 1962) 3000 Européens étaient enlevés par le FLN.
On ne les a jamais retrouvés.
Après un bref séjour au 8° RPIMa, il est affecté en août 1962 à VlENTlANE comme lnstructeur des troupes Laotiennes aux prises avec une guérilla communiste très active. Il est fait prisonnier à 2 reprises. La première fois il pourra s'échapper. La deuxième fois, seule l'intervention de la Commission lnternationale de Contrôle permettra sa libération. Néanmoins il obtient une prolongation de séjour de un an et rentrera en France en 1966.
Il est réaffecté au 3° RPlMa.

Alors iI est Adjudant Chef - Chef de Section - Commandeur de la Légion d'Honneur - Médaillé Militaire - 11 citations dont 3 palmes. (S'est vu remettre à l'hôpital de Besançon, le 20 septembre 2003, la Cravate de Commandeur de la Légion d'Honneur).
Repost 0
Published by blogdegustave-3rpc.over-blog.com - dans La parole à Gustave.
commenter cet article
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 09:44

Le plaisir du soldat en Indochine (1945-1954)


Fumerie-opium

Le sujet de cet article se heurte à de nombreuses difficultés à cause de sa richesse et de l’attitude des témoins.

Dans l’historiographie de la guerre d’Indochine, la vie sexuelle des combattants du C.E.F.E.O. appartient aux thèmes quasiment inexplorés (...) comme si on considérait ce genre de travail comme mineur.

Pourtant, la satisfaction du repos du guerrier remplit de très nombreux cartons d’archives (Service de santé, Service social, rapports de commandement et de police, synthèses sur le moral...), ce qui montre bien l’importance du problème dans son ensemble.

D’eux-mêmes, les anciens combattants évoquent très peu ces questions. (...)

Il faut donc se contenter des archives officielles et des témoignages des cadres européens.

Fantasmes, réalités et constat

Les premiers partants de la période 1945-1947 ne disposèrent pratiquement d’aucune information sur les Indochinoises. S’embarquaient des hommes insouciants, imaginant des femmes plutôt belles.

« au teint jaune, aux yeux bridés, aux longs cheveux noirs ».

Les combattants du C.E.F.E.O., jeunes et célibataires pour une grande majorité, furent immédiatement conquis par les Indochinoises, surtout par les charmes des Vietnamiennes que d'aucuns appellent d'ailleurs encore les Annamites.

Le plaisir du soldat prenait d'innombrables nuances selon les grades, les troupes, les zones de guerre et les lieux de stationnement.

Les personnels féminins français étaient pratiquement une chasse gardée des officiers d'état-major.


Les combattants trouvèrent l'assouvissement de leur libido auprès des prostituées régulières, clandestines, pensionnaires des B.M.C. et auprès des congay.

Les conséquences de la guerre (déplacements, destruction de villages, veuvage) firent exploser la prostitution clandestine, non médicalement surveillée.

Le Dich Van, service de la guerre psychologique du Vietminh, enrôla de nombreuses jeunes femmes comme agents de renseignements et comme propagandistes, pour tenter de démoraliser des combattants et les inciter à la désertion.

L'encongaillage

L'encongaillage, qui signifie avoir des relations suivies et privilégiées avec une autochtone, participait à l'adoucissement du quotidien du soldat.

Souvent autour des postes, dans le cadre de la pacification, mais aussi dans les villes, des liens étroits se nouaient entre une Indochinoise et un militaire du C.E.F.E.O., car cela toucha toutes les composantes des T.F.E.O.

Certaines étaient louées à la semaine ou au mois, d'autres appartenaient quasiment au poste.

Quand un titulaire partait, la congay faisait partie de l'héritage du suivant.

Ce système fut très souvent interdit mais la répétition des notes de service et la distance entre le réglementaire et les habitudes firent que l'encongaillage devint un corollaire des TFEO.

Il permettait de donner aux hommes une certaine stabilité affective, d'éviter la fréquentation des prostituées clandestines, de tisser des liens avec les villageois dans le cadre de la pacification.

On vit même des chefs d'unité obligés de prendre une femme indigène pour pouvoir lever des hommes dans les villages.

La congay était donc, le plus souvent, une marchandise d'échanges.

L'encongaillage, enracina les combattants dans le pays, leur permettant de tenir dans les secteurs les plus perdus.

À plusieurs reprises, les responsables militaires interdirent l'encongaillage, menaçant les militaires de punitions et les autochtones d'être considérées comme des prostituées clandestines.

Mais les commandements locaux l'acceptaient à condition que la femme soit surveillée médicalement.

Sans une présentation volontaire de sa part au Service de santé, elle pouvait être considérée et traitée comme une prostituée clandestine.



Le B.M.C.

Dès 1946, le système des B.M.C. devint la solution privilégiée.

Au sein des bordels militaires de campagne (BMC), contrôlés par l'armée, les pensionnaires étaient soumises à deux visites médicales hebdomadaires.

Les uns étaient fixes, attachés à une base ou à une localité, les autres appartenaient en propre à une unité, et certains se déplaçaient de poste en poste.

On vit même des B.M.C. provisoires comme ceux qui existèrent à Nasan et à Diên Biên Phû.

Il y en avait pour les hommes de troupe, d'autres pour les sous-officiers, et quelques-uns étaient réservés aux officiers.

Le B.M.C. était un petit monde très organisé avec ses règlements, son personnel et ses modes de fonctionnement très précis.

Les pensionnaires se recrutaient parmi les autochtones mais, pour satisfaire les soldats d'Afrique, on fit venir des femmes du Maghreb.

Les B.M.C. permirent de faire face aux épidémies de maladies vénériennes ; on relève néanmoins des pathologies contractées en leur sein.

Les hommes fréquentaient le B.M.C. en même temps que des prostituées clandestines et répandaient ainsi les affections tout en se dédouanant auprès de leurs supérieurs, puisque tout malade infecté hors d'un B.M.C. était puni.

L'arrivée du B.M.C. dans les postes, réjouissait les cœurs, et, au contraire, tout retard agaçait les personnels qui avaient encore plus l'impression qu'on ne prenait pas assez soin d'eux.

L'irrégularité de la venue du B.M.C. déterminait des sautes d'humeur et des formes de mauvais esprit, voire de l'irritabilité.
Repost 0
Published by blogdegustave-3rpc.over-blog.com - dans Divers
commenter cet article
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 13:26




Décès de Monsieur Hubert LAME
Nous venons d’apprendre le décès ce 04 février 2015 de Monsieur Hubert LAME,
Grand officier de la Légion d'Honneur, survenu à l'âge de 87ans.
Mr le Maire et l’équipe municipale adressent toutes ses condoléances à la famille ainsi qu’à ses proches.
La cérémonie religieuse aura lieu Samedi 7 février 2015 à 10 heures 00 en l'église de Jeandelaincourt, suivie de la crémation.
Monsieur LAME repose à la chambre funéraire Piodi à Delme.

HUBERT LAME, UN SOUS-OFFICIER EXCEPTIONNEL
(Article Est-républicain du 09/09/2012)
Fait rarissime aujourd’hui pour un sous-officier, l’adjudant-chef honoraire Hubert Lame est élevé à la dignité de Grand officier de la légion d’honneur par le général Cann, qui fut chef de section à ses côtés au 3 e RPC en 1956-1958.
Fondée par Napoléon Bonaparte en 1802, cette distinction n’a pas été remise à plus de cinq sous-officiers depuis cette date. La cérémonie s’est déroulée le 30 juin au 3 e BCP (régiment de parachutistes coloniaux) à Carcassonne. Hubert est né à Chenicourt le 21 août 1927. Homme ayant le sens du devoir, à 17 ans, il s’engage au 23 e RIC pour les campagnes de France et d’Allemagne. Il effectuera ensuite trois séjours en Indochine. Le premier au 21 e RIC, où il est blessé et cité quatre fois. Le 2 e au 5 e bataillon de parachutistes coloniaux où à 25 ans il reçoit la médaille militaire après avoir été promu sergent-chef. Il accomplira son 3 e séjour au 7 e Bataillon de parachutistes coloniaux où il sera cité. En juillet 1956, il rejoint le 3 e régiment de parachutistes, « mon régiment préféré », confie t-il, basé en Algérie. Sous les ordres du Colonel Bigeard, il y opère comme chef de section chez « Bir Hakeim », la 4 e compagnie. Il est cité quatre fois et nommé chevalier de la légion d’honneur en 1959 comme adjudant. L’adjudant Hubert Lame, passera 17 années de sa vie en campagne avec toujours cette même envie, celle de servir la France. « Un sacré chef de section para au feu », soulignera le général Cann en lui remettant sa distinction. Hubert a quitté le service actif en 1961. Agé de 85 ans, il réside à Ajoncourt (57), l’homme est resté très humble et très discret. Deux fois blessé, 11 fois cité, Hubert a été promu officier de la légion d’honneur en 1992, puis commandeur de la légion d’honneur en 2001, au titre des réserves, mais il n’aime pas parler de lui. « J’étais là au moment là… Comme beaucoup d’autres soldats, mais hélas tous non pas eu ma chance, c’est comme ça », conclut Hubert avec beaucoup d’émotions.

Repost 0
Published by blogdegustave-3rpc.over-blog.com - dans Divers
commenter cet article
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 08:25

air-2710Nord AtlasLes 50 premiers Moniteurs

  Parachutistes Français  
 




Voici la liste des 50 premiers Moniteurs, extraits du livre de Robert Wagener "Être et Durer", éditions Atlante   Wink

En juin 1938, le Cdt Geille, Pilote de Chasse regagne la 2ème escadre aérienne à Chartres, il est nommé Inspecteur Technique de l'Infanterie de l'Air.

L'homologation des certificats de Moniteur de  Parachutisme est datée du 21 février 1939. Le document émis par le Ministère de l'Air sous la référence n°1514 B.M.2, ne mentionne pas les noms des Moniteurs Fritz et Raymond de Cahuzac, est-ce un oubli ?

On peut le penser car le Lt Raymond de Cahuzac s'est tué le 19 octobre 1937 en tentant de battre le record du monde de chute libre sans inhalateur à Reims, le Sgc Fritz quitta le Centre d'Instruction de Parachutisme en avril 1938 pour rejoindre l'A.O.F.

Peu de temps après, le Centre d'Instruction de Parachutisme est dissous.

Paris, le 21 février 1939

Direction du personnel militaire

2° Bureau

n° 1514 BM 2

LE MINISTRE DE L'AIR

À MM.

Le Général Commandant la 1ère Région aérienne à Dijon

Le Général Commandant la 2ère Région aérienne à Paris

Le Général Commandant la 3ère Région aérienne à Tours

Le Général Commandant la 4ère Région aérienne à Aix en Provence

Le Général Commandant la 5ère Région aérienne à Alger

Le Commandant de l'Air en Indochine à Hanoï



Références :

Circulaire n° 392-3/EMG du 5 mars 1934

Instruction n° 910-1.1/EMAA du 18 novembre 1938

Bordereau n° 514-3-F/EMAA du 30 janvier 1939

Objet : homologation de certificats de Moniteurs parachutistes

Les certificats de moniteurs parachutistes, des officiers et sous-officiers désignés ci-après, sont homologués dans les conditions suivantes :





Repost 0
Published by blogdegustave-3rpc.over-blog.com - dans Autres écrits
commenter cet article
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 05:42


Une de ses dernières photos qu'il m'a dédicacé à la livraison de son livre aimablement offerte.
Ce fût durant 3 ans mon capitaine de 1955 à 1958, un chef d'une gentillesse et d'un honneur sans faille, une noblesse dans l'allure et pourtant il sort d'une famille trés pauvre, sa mère qu'il chérissait  au plus haut point, et qu'il a rendu heureuse des qu'il a réussi à amasser quelques sommes d'argent pour lui envoyer, c'est une grande perte pour moi! je pleure mon capitaine avec qui j'avais des relations des plus respectueuses
Repost 0
Published by blogdegustave-3rpc.over-blog.com - dans La parole à Gustave.
commenter cet article
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 05:36


Très proche de Bigeard sous les ordres duquel il a servi en Indochine, à Tu-Lé d'abord, à Dien-Bien-Phu ensuite, où il fut blessé à quatre reprises, puis en Algérie, le général Le Boudec était titulaire de onze citations, cinq blessures, Grand-Croix de la Légion d'Honneur, Grand-Croix de l'Ordre National du Mérite.

Le général Lucien Le Boudec est né en 1923. Pendant la Deuxième Guerre Mondiale il a rejoint la Résistance puis le 8e bataillon FFI du Morbihan, qui prit ultérieurement le nom de 19e Dragons et ensuite celui de 8e bataillon de Chasseurs d’Afrique. En 1946, Lucien Le Boudec fut admis à l’école supérieure militaire de St Cyr-Coëtquidan. Il passa son brevet de parachutisme puis rejoignit la garnison de St Brieuc où se formaient les bataillons en partance pour l’Indochine. C'est là qu'il rencontra un certain Bigeard. La suite, il l'a racontée dans ce livre de mémoires publié chez Lavauzelle.




Extrait:
"J'ai été un enfant heureux et chanceux. Certains pourraient voir des accents de mélodrame dans le récit de ces premières années, mais il n'en est rien. S'il m'était offert de recommencer cette vie, je ne demanderai pas à changer les cartes qui m'ont été données. Je suis né à Paris, le 18 janvier 1923. Ma mère, originaire de Merléac, avait quitté sa Bretagne natale quelque mois auparavant. Née un peu avant le siècle, elle avait tout juste vingt ans lors de l'Armistice de 1918. Elle n'était pas mariée et je suppose qu'elle a souvent regardé avec mélancolie et le coeur serré, la liste des soixante-cinq garçons de son village "Morts pour la France". Un matin, il lui a fallu tout quitter : sa famille, ses amis, sa maison, son village. Son père rigoriste et inflexible comme beaucoup de sa génération, ne pouvait admettre une naissance illégitime sous son toit. De celui qui fut mon père, je ne sais rien. Peut-être est-ce ce jeune homme, dont ma mère conservait la photographie, qui fit son service dans le déminage des champs de bataille, et sauta sur une bombe au début des années vingt."

Repost 0
Published by blogdegustave-3rpc.over-blog.com - dans Livres
commenter cet article
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 05:31

Liste d'unités parachutistes françaises
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


310px-Brevet_Parachutiste.jpg

Brevet parachutiste de l'armée française[1].
L’Histoire du parachutisme militaire français a commencé lorsque l'armée française a constitué durant l’entre-deux-guerres des unités spécialisées de parachutistes. Issues au départ de l'armée de l'air, elles seront rapidement intégrées à l'armée de terre puis réparties dans l'ensemble des composantes de l'armée.

Sommaire

  


Armée de terre

220px-Nord_Atlas_-_Soute.jpeg


Parachutistes français à bord d'un Nord 2501 à la fin des années 1950.


Grandes unités

Divisions

220px-LRAC_Lebanon.jpg

Parachutistes français de la Force multinationale de sécurité à Beyrouth avec un LRAC F1, 1er avril 1983.



Brigades et groupements



Demi-brigades


Écoles et centres de formation



Légion étrangère


100px-Flag_of_legion.svg.png
220px-2eBEP_en_Indo.jpg


Membres du 2e bataillon étranger de parachutistes durant la guerre d'Indochine.



Artillerie




Cavalerie




Génie

100px-Insigne_de_b%C3%A9ret_parachutiste


Infanterie

Chasseurs à pied




Infanterie




Dont Chasseurs parachutistes :



Parachutistes de Choc




Coloniale et troupes de marine

70px-Insigne_des_troupes_de_marine.jpg

Régiments coloniaux et d'infanterie de marine






Bataillons et groupes coloniaux (BCCP, GCCP et BPC)

100px-Insigne_de_b%C3%A9ret_des_Para_col


Régiments du train français

Compagnies et régiments




Bases aéroportées




Commandement et soutien




Unités vietnamienne, laotienne et cambodgienne




Unités de parachutistes algériens




Armée de l'air



Marine nationale




Gendarmerie nationale



Le groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (G.I.G.N.) est une unité parachutiste.
Repost 0
Published by blogdegustave-3rpc.over-blog.com - dans Divers
commenter cet article
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 11:14

les Aurèsl'escadron du 3°RPCLe stage des Commandos Air chez BIGEARD










Au mois de mai 1957 alors cantonné à Tebessa, notre 3e RPC se voit être rejoint par un groupement de Commandos Air du colonel COULET, initiateur de ce stage chez BIGEARD.




Nous voyons arriver, de fringant jeunes gars qui après décision du capitaine Le Boudec, nous sont attribués dans notre peloton. Cinq jeunes paras Commandos viennent s'imbriquer dans notre peloton, tout de suite l'amitié s'installe ainsi que les questions sur leur formation et leur connaissance dans la poursuite d'opération à risque contre les fells. Ils sont enthousiasmés de notre allant ! Nous sommes des anciens avec bientôt deux ans d'opérations éreintantes.




Habillés et coiffé de la casquette , ils ont fier allure et se confonde avec notre unité qui à un passé des plus prometteur.




Ordre est donné de préparer les équipements pour un départ imminent. Nous allons dans une région hostile et sauvage; les NEMETCHAS, fief des Chaouias, durs combattants Kabyle rudes montagnard dans ce décor d'un autre monde, je dirait lunaire tellement les contrastes sont saisissant.




Cette chaine montagneuse continuité des AURES sert de coupure au Grand Erg Oriental et forme un mur de plus de 1200 mètres de haut fermant la porte au Sahara, empêchant l'avancée du désert.




Mais une vie intensive survie dans les vallées profondes encaissées entre deux chaines de montagne appelées djebel, avec des sommets en dent de scie déchiquetés et craquelés par le froid glacial, le vent violent qui se déchaine parfois s'engouffre dans les éboulis de rocher truffés de grottes, la chaleur torride de la journée nous accable comme un poids de fonte!




Les bahuts sont là , l'Escadron embarque avec ces élèves stagiaires heureux et fier comme des gamins dans une fête foraine, ils sont en fait dans le « cirque Barnum » de « Bruno »!!!




Après quelques heures de secousses assez rude, les camions sont à pieds d'œuvre ; il n'y a plus de piste ! Il est encore tôt le matin , le soleil cogne fort et amplifie ses rayons maléfique sur la colonne qui s'infiltre dans le décor apocalyptique . Nous attaquons les premières pentes rocheuses à souhait sur une piste minuscule qui nous conduit vers un sommet hallucinant, je connait déjà le coin pour y avoir fait deux opés en hiver, c'est dur dur ! Notre équipe Commando souffle et commence à déboucher le bidon d'eau, mais ils sont avertis que la soif appelle la soif et qu'il ne faut boire qu'a l'extrême limite une goutte pour s'humecter les lèvres, l'évaporation de la sueur qui nous sort par tout les pores de la peau, dés que nous buvons ne sert qu'a nous déshydrater un peu plus.




Prendre le cachet de sel est un impératif, nous conseillons de prendre un petit cailloux entre les dents se qui permet de laisser rentrer l'air et de ne pas s'étouffer par l'effort donné aux poumons, la colonne fume de sueur comme une mêlée de rugby, mais sa monte ! Encore quelques heures et nous approchons du sommet de mille mètres; Le froid nous saisit à cette hauteur et le vent s'engouffre dans notre treillis trempé de sueur qui laisse des trainées blanches dans le dos, sous les aisselles et au col de la veste, le sel raidit le col de la veste et frotte comme une toile émeri le cou qui change de couleur avec en surplus le soleil qui vient cuire la nuque comme un four micro onde.




Halte de quelques minutes pour regrouper les treinards mais dans l'ensemble nos nouveaux venus sont à la hauteur, ils ont eus une bonne formation de marcheur, et se maintiennent au top.




Des sonnettes sont placées et les FM 24/29 en batterie sur les endroits à risques permettent de faire le point de notre PC. À la jumelle nous apercevons un groupe de mechtas accrochées sur la pente du djebel, c'est notre destination, il va falloir descendre cette fois l'autre pente de djebel sur un circuit digne de « premier de cordée » . Enfin après bien quelques gamelles sur les genoux, nos premiers éclaireurs sont en vue des premiers vergers qui bien entretenus laissent pousser des pastèques dont c'est la saison !




Bientôt notre groupe arrive sur le sentier qui mène aux gourbis en pierre recouvert de roseaux comme toiture, le long du chemin sont stockés de nombreuses pastèques prêtent à être transportées à dos d'âne, vers un marché d'un gros village à une journée de marche. Les pauvres gars qui ont bu tout le bidon, sont assoiffés et tirent la langue en voyant toutes ces délicieuse pastèques qui les attirent comme des aimants. Aprés concertation, des pastèques sont partagées avec les plus déshydratés, nos commandos se jette sur les fruits et au poignard se coupe de larges tranches de ce délicieux melons d'eau.



Une chose est sûr, c'est qu'il ne faut pas en abuser, car ce melons vous fout une chiasse de tout les diables quand ils ne sont pas tout à fait mûr, mais le temps de prévenir nos nouveaux camarades, que les pastèques sont ingurgitées à grand coup de rot plein de satisfaction ! Quand à moi je me contente d'une petite tranche, je connait les méfaits du melons sur les intestins non habitués !




Dans la demi-heure qui suit, c'est le départ pour une marche de nombreux kilomètres dans cette vallée ou les camions viendront nous récupérés, mais j'assiste au premier symptôme du délit , les boyaux en colère commencent à rejeter les tranches de pastèque liquéfiées !! c'est la rué, les pantalons à la main pour renvoyer à sa source l'excédent des intestins et même plus ! Les pauvres Commandos ne s'attendaient pas à cette manœuvre désespérée, j'ai vu l'adjudant Commandos Air, marcher avec le futal cramponné à deux mains à en faire pitié, le derrière en choux fleur, même plus la force de ce baissé pour renvoyer le peu de liquide qui lui restait dans les boyaux, il nous suivait lamentablement, les jambes en accordéon, les tripes tordus par cette saloperie de pastèque pas assez mûr pour être mangé tel quel ! Bigeard prévenu par radio, décide de faire venir les camions au plus prés et annule l'opération, car un retour sans perdre un instant devient vital .




Nous qui prenions cette plaisanterie comme une bonne blague, nous avons dû prendre en charge les plus HS et porter leurs sacs comme punition pour ne pas avoir assez prévenus nos stagiaires du risque encouru avec ces pastèques de malheur pas assez mûre pour être mangé!!




Il est dommage de ne pas avoir par la suite, eu un contact avec nos braves stagiaires qui ont eu un sacré souvenir de leur passage au « 3 » de
Repost 0
Published by blogdegustave-3rpc.over-blog.com - dans La parole à Gustave.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blogdegustave-3rpc.over-blog.com
  • Le  blogdegustave-3rpc.over-blog.com
  • : Ce blog raconte la jeunesse d'un de ces milliers de jeunes qui ont du se battre pour leur pays,appelés et engagés confondus.
  • Contact

Bienvenue sur le Blog de Gustave

Il y a personne(s) sur ce blog

Recherche

                                         Bayonne 1955

 

BAYONNE-LAJUSAN--PRIGENT-25-09-1955.jpg

 

Capt 100821 164154 001

                                    

 

DLP-Bigeard-001

 

        Toul 2010-obsèques du Général Bigeard 

P6210083.JPG

Toul-019.JPG

Toul-010.JPG

 

                               Colonel Trinquier.

Capture01-copie-1.jpg